Bacille Brasil @ Carnaval insulaire - 21/02/2012

Détails à venir. Visitez : https://www.facebook.com/carnavalinsulaire.

Créé tout spécialement pour le Carnaval Insulaire 2012, Bacille Brasil est un organisme génétiquement musical qui lâche la bride à l'hybride : confluence d'éléments du Florquestra et de la Roda de Samba (formations bien connues des amateurs de musique brésilienne dans la région de la capitale nationale... et ailleurs), Bacille Brasil croise allègrement samba et forró, ajointe la fièvre du frevo et la caresse coquine du xote... et couche, comme papa sur maman, la tachycardie percussive du carnaval de rue sur le raffinement harmonique des cordes brésiliennes.

Florquestra @ Club Saw - 24/02/2012

Florquestra @ Club Saw,
February 24, 2012, 7 pm.

67 Nicholas Street
Ottawa, Ontario, K1N 7B9

This show is a special fundraiser for Great River School. Last year’s edition was a blast... and it was packed, so CLICK HERE TO PURCHASE YOUR TICKET ON-LINE, on Great River’s site, or contact brazilian.night.grs@gmail.com.

Léonard Constant (& Tito Medina) @ L'Ange - 10/02/2012

À l’orée de la Saint-Valentin, la Scène World de L’Ange et Léonard Constant vous mijotent un récital de chansons à dominante rose et mauve, dans les langues respectives de Pépé LePiou, la môme d’Ipanema, Pablo Escobar, Mae West et le Comte Dracula.

Entre Brésil, Brassens, Prévert et pampa, tantôt tendresse et tantôt vlan, ici java et là bossa, « Le condom bleu », alchimiste à ses heures, mélange miel et mer, varech et vanille, pimprenelle et perlimpinpin, pastis et pinceau… pour vous fricoter un avant-goût de la Saint-Valentin !

Également à l’affiche, l’excellent auteur-compositeur et chanteur guatémaltèque Tito Medina.

***

« Le condom bleu (la voix de ta peau dans l’oreille de ma paume) »
Léonard Constant (et Tito Medina) en spectacle à L’Ange


Le vendredi 10 février 2012, 17-22 heures
109, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1P 5B5, réservations : (613) 232-8883




« Tes dents sont une dentelle

dans le fruit fendu de ta bouche,
dont les bruits mûrs ne tombent jamais
dans l’oreillette d’un coeur sourd ! »

(Léonard Constant, « Les assa…seins », 1997)